Rechercher
  • catelinebaltere

VEGANBOTTLE, une catégorie à part

La recherche des bioplastiques a commencé il y a vingt ans.

Blé, canne à sucre, maïs, pomme de terre, betterave, manioc, des fibres,

issus de ressources renouvelables.

Une solution pour remplacer les plastiques fabriqués à partir du pétrole.


Les raisons de cette recherche sont nombreuses...


Selon Sciences Magazine

- 8.3 millions de tonnes de plastique vierge produit à ce jour.

- Depuis 2015, 6,3 millions de tonnes de déchets produits

- 9% seulement recyclés

- 12% incinérés

- 79% perdus dans la nature


Un rapport du World Economic Forum alerte sur le fait qu'il y aura davantage de plastique que de poissons (en masse) dans nos mers et océans d’ici 2050.


Des conséquences désastreuses pour l'environnement et le vivant.

Toute la chaine alimentaire du phytoplancton à l'homme ingère des particules de plastiques.

Pour l'homme 5g, soit une carte de crédit par semaine.


Mais ce n'est pas tout !

Dans le plastique selon sa fonction, est ajoutée une charge :

renforçant, plastifiant, antioxydant, durcisseur, ignifugeant, colorant etc...

Bisphénol A, phtalates, trioxyde d'antimoine, ces substantes chimiques cancérogènes et perturbateurs endocriniens sont libérés lors du simple usage des objets.

Le recyclage est problématique et très complexe car ces substances s'amalgames.


Pour finir ce bel historique n'oublions pas que ces emballages peu couteux viennent fermer la boucle de la raffinerie pétrolière dont la majeur partie est utilisée pour les énergies, les emballages représentent à peu près 4%, mais dont les émissions de gaz à effet de serre sont incompatibles avec les enjeux climatiques.

Il est avéré désormais que Total connaissait les danger des énergies fossiles depuis 1971.


Notre dépendance au pétrole est une catastrophe mais pas une fatalité


La base des matières plastiques est un polymère.

Nous distinguons les polymères conventionnels (issus du pétrole) et les biopolymères issus de matières organiques (renouvelables).


Il faut également comprendre qu'un matériau biosourcé peut contenir différents pourcentage de matière végétale appelée "biomasse".

Ex :

- La "PlantBottle "de Coca Cola contient 30% de matière végétale + 70% de PET

- Veganbottle contient 100% de matière végétale


Cette différence de conception impacte la ressource, la fin de vie et l'empreinte carbone





VEGANBOTTLE est un matériau 100% biosourcé à partir de matières renouvelables.

Biodégradable et compostable selon la norme EN 13432.


Un biomatériau issue de la biomasse, qui se décompose par l'action de la chaleur et de micro-organismes, pour se transformer en COMPOST.


Dans l'analyse du cycle de vie, une Veganbottle émet au minimum 50% de CO2 en moins qu'un contenant en plastique traditionnel.


La boucle est bouclée "De la terre à la terre" !


Une catégorie à part et exceptionnelle dont la mention spéciale reconnaissable par les consommateurs sur les emballages est VEGANBOTTLE.


Une question revient souvent sur la fin de vie.

A l'heure actuelle, ces emballages doivent être mis dans la poubelle jaune.


Nos voisins Européens Suisse et Italien collectent ce type d'emballages avec les biodéchets vers des unités de compostage industriel et méthanisation, de façon efficiente.


L'obligation pour tous de trier à la source les biodéchets en 2023 sera une étape importante avec la construction d'une nouvelle filière en adéquation avec les emballages biodégradables et compostables industriellement.


Les industriels suivent les objectifs de la loi AGEC.

Nous observerons ces prochaines années de grands changements des habitudes de consommation.

Le lobbying de la plasturgie devra également assouplir les freins au développement des matériaux biosourcés car les consommateurs sont conscients que la production de plastique pétrochimique dans sa diversité ne pourra jamais être recyclée, ni digérée par la terre et les organismes vivants.

Et que ces même consommateurs ne sont pas responsables de la pollution des mers et des océans.

Les incivilités existent, mais les infrastructures inexistantes dans certains pays pour traiter et recycler le "packaging" est bien plus problématique surtout si les pays riches leur envoient leurs poubelles.















57 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout